Luc Plamondon L'auteur


Enfance heureuse à la ferme de ses parents, adolescence tourmentée dans Québec, capitale provinciale. A 16 ans, son premier choc théâtral : L'opéra de quat'sous de Brecht et Weill le fait déjà rêver de théâtre musical. Fan de Presley comme de Ferré, d'Hemingway comme de Sartre, il est attiré par New-York et Paris. Bac en pédagogie à Québec, un an de lettres à l'université de Montréal, un an d'histoire de l'art à l'Ecole du Louvre, trois ans de langues modernes à Londres (choc de Beatles et des Stones), à Berlin (découverte de l'opéra), à Madrid et à Rome.Un séjour à New-Yord (année de la création de Hair) le convainc de sa vocation à écrire des comédies musicales. Revenu à Montréal début 70, il devient parolier des stars québécoises, de Diane Dufresne à Robert Charlebois. En France, Julien Clerc et Catherine Lara font appel à à lui comme auteur rock. Céline Dion lui consacrera, en 91, un album intitulé Dion chante Plamondon, paru en France sous le titre Des mots qui sonnent (1 500 000copies vendues). Mais son oeuvre maîtresse demeure Starmania (musique de Michel Berger). L'opéra-rock, crée en 1979 au Palais des Congrès, dans une mise en scène de Ton O'Horgan, est remonté par les auteurs en 88 au Théâtre de Paris, puis à Marigny en 89. Une nouvelle production signée Lewis Furey, lancée au théâtre Mogador en 93 et saluée par trois Victoires de la Musique, entreprend sa sixième saison parisienne au Casino de Paris en 98/99. Startmania a compté parmi ses interprêtes Daniel Balavoine, France Gall, Claude Dubois, Diane Dufresne, Fabienne Thibeault, Maurane et Bruno Pelletier. En 1992, la version anglaise de Starmania, écrite par Tim Rice, paraît sur disque avec Cyndi Lauper, Céline Dion, Peter Kingsbery, Tom Jones, Kim Carnes et Nina Hagen. Trois millions de personnes ont vu Starmania sur scène et plus de cinq millions d'albums ont été vendus à ce jour. Entre autres comédies musicales, Luc Plamondon a écrit avec Barbara les chansons de Lily passion, créée par Barbara et Gérard Depardieu au Zénith en 84, dans une mise en espace de Pierre Strosser. En 1985 Diane Diane Dufresne crée l'opéra-cartoon Dioxyne de carbone et son rayon rose au Cirque d'Hiver à Paris, dirigé par Hans Peter Cloos. En 1990, La légende de Jimmy, second opéra-rock de Plamondon-Berger, est joué six mois au Théâtre Mogador, avec Diane Tell, Tom Novembre, Renaud Hantson et Nanette Workman, mis en scène par Jérôme Savary. En 1991, sort l'album Sand et les Romantiques avec Catherine Lara, Véronique Sanson, Maurane, Daniel Lavoie et Richard Cocciante. L'oeuvre est montée au Châtelet par Alfredo Arias. Luc Plamondon est Chevalier de l'Ordre du Québec et Chevalier de la Légion d'Honneur en France.

Le mot de l'auteur
Indifféremment Victor Hugo appelle Esmeralda la Bohémienne, l'Egyptienne, l'Andalouse, l'Africaine, la Gitane, l'Agériennr ou la Zingara. Ne symbolise-t-elle pas ce métissage permanent et universel qui caractérise les villes d'aujourd'hui ? Condamnée pour sorcellerie, être étrangère n'est-il pas son seul crime ? Et cette Cour des Miracles où elle se réfugie comme tous les exclus de l'époque, n'accueillerait-elle pas les squatters ou les SDF de cette fin de millénaire ?
En allant chercher chez Victor Hugo une grande histoire d'amour, j'ai trouvé un sujet aux résonnances sociales très actuelles. Dans "Belle", la première chanson que j'ai écrite il y a cinq ans pour cet opéra, j'ai exprimé le point de vue passionnel, mais avec "Les sans papiers" qui m'a été inspirée par l'occupation de l'Eglise St-Bernard il y a deux ans, la trame du livret a basculé dans le monde moderne. Voir le droit d'asile, bafoué par les forces de police, m'a suggéré un dénouement nouveau. Les Sans-papiers, pour sauver Esmeralda, occupent la cathédrale. Frollo donne à Phoebus et à ses soldats l'ordre d'enfreindre le droit d'asile et Esmeralda, reprenant à son compte la lutte des Sans-papiers après la mort de Clopin, mourra en héroïne plutôt qu'en simple victime de l'amour.


[ Page d'accueil | Notre Dame de Paris | Notre Dame en 2 actes et 53 chansons ]